03. février 2017 · Commentaires fermés sur SPIE,La smart city repose sur des infrastructures et des services associés · Catégories: Actualité, Réseaux intelligents, Smart Grids, Transition énergétique, Véhicules électriques

La smart city repose sur des infrastructures et des services associés

Un cadre de vie et une gestion de l’espace urbain améliorés

Stéphane Rouillé, Directeur Opérationnel infrastructure et télécommunication,

« Une plateforme d’assistance basée à Saint-Herblain et ouverte 24h/24. »

Quels sont les objectifs poursuivis par les collectivités qui se lancent dans une politique « smart city » ?

Dans les grandes lignes, la « ville intelligente » vise à l’amélioration conjointe du cadre de vie et de la gestion de l’espace urbain. Une telle approche repose sur une réponse globale, couplant à la fois des infrastructures et des services associés. La mobilité illustre bien ce propos.

Comment cela ?

Prenons l’exemple de la voiture électrique. Celle-ci contribue à une ville apaisée. En effet, elle n’émet pas de particules en local et dégagera 10 t de CO2 sur son cycle de vie, contre 27 t pour un modèle essence. Une voiture électrique est aussi 60 % moins bruyante. Afin d’être utilisée, elle requiert des infrastructures – les bornes de recharge – et des services à l’attention du maître ouvrage -suivi, dépannage des bornes – et de l’usager – localisation de borne, paiement en ligne, accès à une assistance, etc. Pour offrir cela, nous avons travaillé avec des partenaires comme IBM, SFR, Ingenico et ou Hipay. Nous avons aussi mis l’organisation de notre groupe en phase avec le besoin accru de gestion de data. En effet, avec l’émergence de l’internet des objets, les technologies connectées comme les bornes ou l’éclairage public – sont désormais suivies par nos équipes en charge de l’aménagement numérique et des supports de transferts de données. Avec ce regroupement des expertises, nous anticipons aussi l’arrivée du vehicle-to-grid.

De quoi s’agit-il ?

Grâce à sa batterie, une voiture électrique stocke de l’électricité. En stationnement, elle serait donc capable de réinjecter cette énergie dans le réseau électrique, en cas de pics de demande. Avec des batteries de 95 kW, qui se profilent, il y a un outil de gestion de charge du réseau électrique qui apparaît. On le voit la mobilité électrique, qui intègre aussi le bus et le vélo, constitue un enjeu majeur, sous diverses formes.

Vous évoquiez la notion d’assistance. Comment est-elle prise en charge ?

Dans notre offre, elle repose sur des moyens humains avec une plateforme d’assistance technique et administrative, dédiée par le groupe SPIE à la mobilité électrique,celle-ci prend en charge l’assistance des gestionnaires et des usagers des bornes, à travers la France entière.

 

Commentaires fermés.