En matière d’urbanisation, les zones constructibles ne sont pas toujours synonymes d’assainissement collectif. Thierry Richardeau, gérant de plusieurs SCI, en sait quelque chose. « En général, nous réalisons des projets immobiliers autour d’une dizaine de maisons. Cela implique souvent d’avoir à s’écarter du centre-bourg, pour des questions d’emprises foncières disponibles. Dans ce cas, un assainissement non collectif est à prévoir. Nous installons alors une micro-station qui permet de traiter les effluents de tous les nouveaux habitants, en atteignant une excellente qualité d’épuration. »
Ce système présente un autre intérêt majeur, puisqu’il n’occupe que quelques mètres carrés au sol. Une caractéristique qui est loin d’être anecdotique. « Par exemple, pour l’assainissement de 40 équivalents-habitants, c’est l’emprise d’une maison qui serait consommée avec des solutions « filtres à sable », explique Thierry Richardeau. Au prix du terrain constructible, cela représente un coût important. Là encore, la micro-station est donc la réponse idéale ».

Aj environnement