Le marché du bois énergie en Pays de la Loire se porte bien actuellement, comme en témoigne Sébastien Gautreau, Responsable « Produits connexes et granulés de bois » pour la Scierie Piveteau. « Nos ventes de granulés progressent à un rythme soutenu, s’expliquant notamment par la démocratisation du poêle qui allie performance, design et large choix de puissance. Le bois séduit aussi les collectivités locales et le tertiaire, avec l’apparition de gros projets de chaufferies ».
L’émergence de ces installations importantes est bien illustrée par la mise en service, en décembre dernier, du projet Biowatts, à Angers. Cette chaufferie cogénèrera de la chaleur et de l’électricité, en valorisant pas moins de 90 000 tonnes de bois, chaque année. « Jusqu’alors, l’ensemble de la consommation régionale dans le collectif et le tertiaire était de 46 000 tonnes/an, sur 126 installations, souligne Laura Païs, Animatrice régionale « bois énergie » de l’association Atlanbois. Avec l’apparition de projets comme Biowatts ou la multiplication de chaudières de 3 à 5 MW comme à Nantes, Saint-Nazaire ou Châteaubriant, il y a bien eu quelques incertitudes concernant les ressources. Aujourd’hui, la filière locale se structure en conséquence, mais il faut néanmoins rester vigilant. Sur cette question, une étude réalisée par IFN, Solagro et FCBA, pour le compte de l’ADEME, fait ressortir que la ressource en bois énergie disponible et mobilisable en Pays de la Loire, ces prochaines années, est estimée entre 200 000 et 400 000 tonnes/an pouvant s’ajouter au niveau de consommation actuelle, avec un potentiel probablement supérieur à moyen terme ».

Un nouveau Fonds Chaleur à partir de 2014 ?
Entre projets ambitieux et structuration de la filière d’approvisionnement, les signaux sont encourageants concernant le développement du bois énergie. D’ailleurs, Atlanbois accompagne de plus en plus de collectivités locales vers la réalisation de chaufferies.
« Nous réalisons gratuitement des notes d’opportunité, précise Laura Païs. Ce document définit le périmètre d’une future étude de faisabilité réalisée par un bureau d’études qualifié, en sachant qu’il nous est possible d’accompagner la collectivité tout au long de son projet, en particulier sur les questions des aides financières.
A ce sujet, il faut souligner l’impact positif qu’a eu le Fonds Chaleur, mis en place pour financer les projets de développement de chaleur renouvelable. L’intérêt de ce Fonds, géré par l’ADEME, est d’être pluriannuel, ce qui offre une visibilité sur les aides, parfaitement en adéquation avec le temps de maturation d’un projet. Le Fonds « 2009-2013 » aura ainsi permis à de nombreuses installations de voir le jour. Mais aujourd’hui, sa reconduction n’est pas encore officialisée
 ».

Une énergie renouvelable et abordable
Mise en service à Angers, cet hiver, la chaufferie Biowatts constitue une des plus belles réalisations, en matière de valorisation du bois énergie, dans les Pays de la Loire. Petit retour sur les principaux enjeux portés par cette installation, avec Richard Thibaudeau, Chef du projet Biowatts à la Ville d’Angers.
« Jusqu’en février 2011, le chauffage des 6 000 équivalents-logements du quartier de la Roseraie était assuré via un réseau de chaleur, alimenté par une usine d’incinération. En prévision de la fermeture de cette dernière, la municipalité s’est penchée sur l’opportunité de construire une chaufferie qui valorise une énergie renouvelable, mais sans venir gonfler la facture de l’usager final.
A l’initiative de Dalkia, nous avons donc opté pour la cogénération chaleur/électricité, seule solution qui permettait de répondre à ces deux objectifs. Nous avons également saisi cette opportunité pour rénover le réseau de chaleur du quartier, afin de le porter à 10 000 équivalents-logements. Un deuxième réseau de 8 000 équivalents-logements a été développé par Dalkia pour optimiser la performance énergétique de la cogénération. Cela permet de réaliser des économies d’échelle conséquentes, tout en évitant l’émission de quelque 40 000 tonnes de CO2 par an
 ».

Par Nils bruder pour Valeur énergie des Pays de la Loire