04. mai 2015 · Commentaires fermés sur Biométhane : consolider la production en amont et optimiser la distribution en aval · Catégories: Actualité, Biogaz, GNV, Traitement biogaz

La mobilité GNV favorise l’essor de l’injection de biométhane, qui favorise lui-même l’essor de la méthanisation

Contact : Pierre-Emmanuel Meyers, Directeur d’activité « Transition énergétique » au sein d’Air Liquide Advanced Business

 « En France, il y a encore un gros travail de communication à réaliser autour du transport à base de biométhane. »

Sous l’effet de l’introduction des tarifs d’achat en 2011, la méthanisation à finalité d’injection de biométhane se développe aujourd’hui en France. En effet, les 220 000 km du réseau national de gaz et un gisement de déchets organiques comptant parmi les plus importants d’Europe laissent entrevoir de belles perspectives pour cette application.

logo-ab-t-quadri6854258922183579275« La filière de l’injection peut aujourd’hui compter sur des industriels expérimentés, observe Pierre-Emmanuel Meyers, Directeur d’activité « Transition énergétique » au sein d’Air Liquide Advanced Business. Nous sommes d’ailleurs arrivés dans le secteur de la méthanisation par le biais de la technologie, avec nos solutions d’épuration du biogaz brut pour en faire du biométhane. Nous proposons ainsi une technologie de membrane permettant la séparation des gaz. Cette solution – constituant un savoir-faire historique d’Air Liquide – est de plus en plus considérée comme un standard industriel, par rapport aux techniques plus anciennes de lavage par eau ou par amines. »
Afin de consolider son activité « biogaz », Air Liquide a noué un partenariat avec Fonroche Énergie pour co-développer des unités deMembrane_©AirLiquide méthanisation. « Il est important pour nous d’être acteurs à l’amont de la production de biométhane, explique Pierre-Emmanuel Meyers. Mais l’aval a également son importance avec l’essor de la demande qui suscitera mécaniquement le développement d’une filière toute intégrée avec à la clé des économies d’échelle. De telles économies permettraient de tendre vers une parité entre le gaz naturel et le biométhane. Ce dernier pourrait alors continuer à se développer avec des tarifs d’achat minimisés. »

Plus économique que le diesel

Vehicule_FordonGas_©FordonGasUne structuration de la filière, via la demande, serait notamment envisageable grâce au déploiement du transport à base de biométhane. « En France, il y a encore un gros travail de communication à réaliser sur le sujet, constate Pierre-Emmanuel Meyers. Pour l’heure, il y a 13 000 véhicules circulant au GNV (gaz naturel pour véhicules). Il pourrait y en avoir pas loin de 40 000 en 2020. Rappelons que ces véhicules n’émettent pas de particules, problème majeur de la pollution par le diesel dans les centres ville, ni de CO2 si le gaz naturel est remplacé par le biomethane. En ce sens le biomethane est un des biocarburants les plus vertueux. De plus, ils génèrent des économies par rapport au diesel. Nous intervenons sur cette facette en notre qualité de fournisseur d’énergie, en optimisant la distribution de biométhane. Sur le créneau du transport au gaz renouvelable, nous bénéficions de l’expérience d’une de nos filiales en Suède, pays où le transport GNV est développé depuis plus de 15 ans. Par ailleurs, nos compétence de développeurs de technologies ne sont jamais ModuleBiogaz_©AirLiquide_BioenergieDeLaBriebien loin, puisque nous proposons aussi des solutions de liquéfaction du biométhane, par cryogénie. Ce procédé est incontournable pour assurer le développement du transport au biométhane pour les longues distances à base de GNL (Gaz naturel Liquéfié) en plein essor. »

 

Commentaires fermés.